Le Conseil de la fédération fait appel aux pays pour annuler l’interdiction d’importer la viande de porc canadienne

13 mai 2009 – Le 11 mai 2009, le Conseil de la fédération a tenu une téléconférence pour discuter de la situation urgente dans laquelle se trouvent actuellement les producteurs de porc du Canada à la suite de l’interdiction de la Chine et de plusieurs autres pays d’importer de la viande de porc canadienne.

La téléconférence a eu lieu à la demande d’Ed Stelmach, premier ministre de l’Alberta.

« Les produits du porc canadien peuvent être consommés en toute sécurité », a déclaré Stelmach. « Nous sommes consternés par la décision de la Chine et de la Russie d’interdire l’importation du porc canadien sans aucune preuve scientifique et il n’existe aucun fait qui pourrait justifier l’interdiction d’importer des produits dérivés du porc ».

Le Conseil de la fédération a noté que le 2 mai 2009, quatre organismes mondiaux qui s’occupent de la santé des humains, des animaux et du commerce international – l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale), l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) et l’OMC (Organisation mondiale du commerce) – ont déclaré formellement qu’il « n’y a aucune preuve que le virus soit transmis par les aliments » et par conséquent il n’y avait aucune justification pour « l’imposition de mesures à l’égard du commerce international de porcs ou de produits dérivés ».

Le Conseil de la fédération appuie aussi fortement la déclaration du 7 mai 2009 des trois ministres du commerce de l’ALÉNA, à savoir qu’ils sont prêts à agir pour empêcher l’application de restrictions qui n’ont aucune justification scientifique sur les exportations du Canada. Le Conseil demande avec instance aux ministres fédéraux des Affaires étrangères et du Commerce international d’adopter une stratégie conjointe et de faire pression sur les pays qui ont interdit l’importation des produits dérivés du porc afin de contrebalancer toutes les informations erronées sur les porcs canadiens et les produits dérivés par rapport au virus H1N1. Le Conseil de la fédération offre son appui dans l’élaboration et la mise en œuvre de cette stratégie.

Les premiers ministres ont démontré leur confiance envers les produits du porc canadien en continuant à faire la promotion de la viande de porc dans leur propre province ou territoire.

Le premier ministre Campbell de la Colombie-Britannique n'a pu participer à la conférence téléphonique en raison des élections.

- SUITE -