Fiche de renseignements sur les initiatives pharmaceutiques pancanadiennes


3 avril 2014 - Dans le cadre du Groupe de travail sur l’innovation en matière de santé (GTIMS), les provinces et les territoires* ont adopté une approche coordonnée pour la fixation des prix des médicaments génériques et pour des négociations communes touchant les médicaments novateurs.

Les coûts des médicaments génériques les plus courants ont été réduits, car les provinces et les territoires ont travaillé ensemble à l’établissement de prix équivalant à 18 % de celui des médicaments novateurs. Individuellement, les provinces et les territoires déboursaient, pour des génériques, l’équivalent de 25 à 40 % du prix de leur équivalent novateur.

À ce jour, les prix des 10 médicaments génériques les plus largement utilisés ont été diminués.

Depuis le 1er avril 2013, le prix des médicaments génériques suivants a été fixé à 18 % de celui de leur équivalent novateur :

  • L’atorvastatin, pour traiter le cholestérol
  • Le ramipril, pour traiter l’hypertension et d’autres problèmes cardiovasculaires
  • Le venlafaxine, pour traiter la dépression et d’autres problèmes de santé mentale
  • L’amlodipine, pour traiter l’hypertension et l’angine
  • L’omeprazole, pour traiter divers troubles gastro-intestinaux
  • Le rabeprazole – pour traiter divers troubles gastro-intestinaux


À compter du 1er avril 2014, le prix des médicaments génériques supplémentaires suivants a été fixé à 18 % de celui de leur équivalent novateur :

  • La rosuvastatine – pour traiter l’hypercholestérolémie
  • Le pantoprazole – pour traiter divers troubles gastro-intestinaux
  • Le citaloprame – pour traiter la dépression
  • La simvastatine – pour traiter l’hypercholestérolémie


Les économies annuelles estimées avec ces dix médicaments génériques se chiffrent à 150 millions de dollars par année pour l’ensemble des régimes d’assurance médicaments participants. Cela se traduit par des économies de coûts réelles pour les Canadiens, puisque les génériques accaparent 38,8 % de toutes les dépenses des régimes provinciaux d’assurance médicaments (en 2012-2013).